Rechercher

Coming out spirituel: retour au féminin sacré, entre psychologie et chamanisme





« Le royaume est ici et maintenant. (…) Ce n'est pas quelque chose que l'on peut voir avec nos yeux. C'est ici, en nous. Tout ce que l'on a à faire c'est laisser partir nos angoisses et ressentiment et devenir des enfants, comme il l'a dit. Le royaume ne peut pas être construit par le conflit, l'opposition ou la destruction, il grandit avec nous, à chaque acte d'amour et de bonté, avec notre pardon. Nous avons le pouvoir d'éveiller les gens, tout comme lui, et nous serons libres comme il l'est maintenant. » Marie Madeleine, 2018, film de Garth Davis


Aujourd'hui, plus que jamais, nous avons besoin d'un retour au spirituel. D'un retour à l'intuition, au mystère, au mystique. A ce qu'on nomme parfois "le féminin sacré", aussi bien présents chez les femmes que chez les hommes. Nous avons besoin d'un retour à ce lien subtile que nous avons au sacré en tant qu'êtres spirituels.


Seulement, le spirituel est tabou dans notre société, ici, en Suisse romande. Du moins, il est caché. Nous sommes nombreux à aller chez des guérisseurs sans le dire à nos proches, à faire des stages de chamanisme en disant à nos collègues qu'il s'agissait de Yoga ou encore, à tenir dans l'ombre des informations tels que le fait qu'en parallèle d'une formation en psychothérapie, on se forme au channeling.


La Suisse romande est très spirituelle. Tant mieux pour moi, tant mieux pour vous, tant mieux pour nous. Seulement, cela se passe dans l'ombre.

Le spirituel est parfois même perçu comme dangereux, comme pouvant nuire si on en parle. On ne reçoit pas de financement si le mot « spirituel » trouve sa place sur un projet, on ne trouve pas de travail si il est su que l'on communique avec l'invisible.


Mais pourquoi tant de peur ?


Comme le dit Walsch dans Conversations avec Dieu, la pensée racine ne « doit »-elle pas être AMOUR ?


Ne manquons-nous pas de FOI, quand nous n'osons pas mettre en lumière le fait que la spiritualité est ce qui nous porte dans nos vies ? Sans spiritualité, la vie n'a pas de sens. La spiritualité est le fondement de la Vie. Et, sous couvert de laïcité, que l'on a tendance à confondre avec athéisme, on masque le spirituel. Autrement dit, on cache ce qu'il y a le plus beau en l'Homme.

On cache ce qui peut permettre à notre société d'évoluer vers l'harmonie. On cache l'essence de nos âmes. Et on nous fait croire qu'en prenant des antidépresseurs et en se distrayant devant la télé, ça va aller. Ça peut aller un moment. Mais c'est de la survie. Ce n'est pas une Vie pleine. Plein de sens, pleine d'amour.


Alors pourquoi tant de peur à s'affirmer comme croyant ? Comme chaman ? Comme guérisseur?

Pourquoi tant de peur ?

Des avocats, des psychiatres, des psychologues. Pratiquant Reïki, chamanisme, communiquant avec Jésus et Marie. Mais… cela reste secret.


J'aimerai demander : quelle société voulons-nous léguer à nos enfants ? Une société où leur âme ne pourra pas s'exprimer, parce que…. Ils ne sauront même pas qu'ils ont une âme ? Une société où la

guérison passe par l'administration d'un médicament extérieur, d'un pansement, quand un questionnement sur le sens de la vie émerge, quand la mort vient nous confronter à notre finitude corporelle ? Voulons-nous d'une société où notre pouvoir de créer une vie qui a du sens, où notre pouvoir de guérir, est réduit à … néant ?


« Je ne resterai pas silencieuse. Je serai entendue » dit Marie Madeleine, jouée par la sublime Rooney Mara dans le film de Garth Davis (2018), à l'apôtre Pierre. Elle a vu le Christ. Elle l'a vu mourir, mais il est encore vivant. Son âme, son « corps glorieux », son « véhicule de lumière », est bien vivant. Sa réceptivité, sa sensibilité, son ouverture au spirituel et sa foi lui permettent non seulement de le voir, telle une médium ou une chamane, mais également de comprendre que sa mort ne signifie pas que les paroles de Jésus étaient fausses car il a été tué. Elle comprend que sa mort est simplement due à la réalité du monde, et que le royaume, le nouveau monde, ne va pas apparaître par magie mais par le travail de chacun de poser, à chaque instant de sa vie, des actes d'amour.

Faire le choix amour à chaque instant.


Cette figure de Marie de Magdala est plus que jamais d'actualité. Il est temps pour le féminin de prendre sa place dans notre société. Et par féminin, j'entend l'énergie féminine, le Yin, la réceptivité, la sensibilité, notamment au spirituel, qui nous manque cruellement aujourd'hui. L'amour. Le prendre soin. Marie Madeleine, tel un archétype de cette ouverture au spirituel, viens nous donner ce message : la vie après la mort existe. Il existe d'autres plans d'existence.

Cependant, faisons attention de ne pas tomber dans le piège de Judas, qui, par une compréhension faussée par la douleur de la perte de sa femme et de sa fille, croit à l'impossible: il croit que Jésus va les ramener d'entre les morts. Les morts ne vivent pas sur le plan terrestre. Mais ils vivent encore. Je le sais d'expérience. La magie a ses limites. Et l'humilité du fils s'exprime dans son acceptation de sa nature humaine et mortelle.


Mais pourquoi cette figure de Marie de Magdala a-t-elle tant d'importance dans un article intitulé « le coming out spirituel ? ». Parce que c'est en cet acte du dévoilement de soi que réside l'enjeu du bonheur dans notre société.


Il est vital, aujourd'hui plus que jamais, de poser l'acte de courage qu'est le coming out spirituel. Il consiste à réaliser et dire au monde « je suis un être spirituel qui vit une expérience humaine » (Pierre Teilhard de Chardin).

Le coming out spirituel est ce qui nous permettra de construire ce « nouveau monde ». Un monde dans lequel ce sera la joie, l'amour et l'harmonie que nous expérimenterons, et non pas la peur, le stress et l'absence de sens.


Pourquoi est-il si important de se montrer «spirituel» ? Pourquoi est-il si essentiel, VITAL, d'arrêter de se cacher derrière des «c'est de l'ordre de l'intime» ou «ce n'est pas nécessaire d'en parler même si je le vis» ? Parce que en parler, le rendre visible, c'est le faire entrer dans la lumière, dans le légitime, dans le normal.

Le développement spirituel, l'éveil de sa conscience est l'unique chemin vers le bonheur.


Pourquoi, alors que tant de gens consultent médiums, guérisseurs, chamans, voyantes, énergéticiens ici en Suisse romande, cette réalité n'a que très peu voire aucune place dans le monde professionnel notamment ?


Sur les chemins de Compostelle, j'ai rencontré une femme catholique très habitée par sa foi. Malheureusement, cette dimension de son être était totalement inconnue de ses collègues car elle avait peur d'être jugée, peur d'être rejetée.

Et je la comprends. Ecrire cet article me demande du courage. Cela me demande de dépasser ma peur d'être rejetée, cette fameuse blessure de rejet qui est la mienne, ma blessure la plus grande. Et mon destin, ce qui m'est murmuré, c'est, de manière assez drôle d'un côté, de clamer au monde «Vous êtes des êtres spirituels !» avec une relativement grande probabilité d'expérimenter… Devinez ? Du rejet. "C'est quoi cette histoire ? Quelle allumée ! Elle communique avec des esprits ? Haha n'importe quoi, elle me fait bien rire".


Et bien, Si.


N'empêche, ce n'est pas évident d'inscrire sur mon profil linkedin « formation en channeling » ou « formation en chamanisme ».


Mais pourtant ! Ces pratiques, qui ne sont autres que celles utilisées par Jésus pour dialoguer avec Dieu ou les anges / esprits (appelez-le comme vous le voulez) sont tellement fondamentales dans la vie d'une personne, dans ma vie, dans la vie du monde. Ce sont ces pratiques, je crois, qui sont la condition de l'évolution du monde, oui, vous lisez bien, l'évolution du monde. L'éveil des consciences, l'avènement (graduel, on s'entend) d'un monde d'amour et de bonté.

En somme, il est grand temps que nous nous reconnections à ce monde invisible qui nous guide à chaque instant, si seulement, comme Marie Madeleine, nous avons assez de foi pour le voir et assez de courage pour en parler.


Cohérence. Il s'agit de rechercher la cohérence entre ce en quoi l'on croit, entre ce que l'on voudrait être dans l'idée, entre ce monde des idées et le concret, ce que l'on fait, ce que l'on expérimente, le monde manifeste.


Est-ce cohérent d'être habité par une foi en un pouvoir qui nous dépasse, et d'agir en ne le mentionnant pas ? Comment les individus perdus, en dépression, addicts, workhaolic et autrement déconnectés de leur âme peuvent s'en sortir si ceux qui, porté par l'invisible, sont en paix, mais ne donnent pas la recette, la raison de leur bien-être ?

Il est temps que le spirituel reprenne sa place dans la société. Il est temps que cette connexion au plus grand soit à nouveau une valeur fondamentale de la société, car elle en est le ciment.


La spiritualité, c'est le ciment de nos liens.

Ayez le courage d'affirmer qui vous êtes, dans toutes vos dimensions.

Parlez d'amour, de confiance. Laisser l'amour couler à travers vous et être exprimé dans vos pensées, paroles et actions. Sans peur. N'ayez crainte de cette part féminine en vous, celle qui reçoit et qui prends soin.


Aujourd'hui, avec cet article, je décide de faire mon coming out spirituel. Pour avoir passé un certain temps dans le placard, à la fois en tant que femme qui aime une femme et en tant que femme spirituelle, il est temps pour moi d'oser rayonner ce que je suis.


Oui, je parle à l'invisible. Oui je suis en lien avec des esprits, défunts ou guides. Oui je travaille avec ces énergies invisibles. Oui, j'écoute la parole de Dieu dans le silence. Dieu qui, je vous le rappelle, n'est pas un « type sur un nuage » (c.f vidéo du même nom) mais bien cette énergie d'amour intelligente qui est en toute chose, et qui nous murmure à chaque instant la route à prendre.

Et oui, je suis psychologue. Je travaille en cabinet, et j'accompagne mes patients dans cette évolution vers une conscience plus élevée. Et je travaille avec des techniques permettant d'avoir accès à cet invisible. Je travaille avec les rêves, messagers de notre âme. Je travaille avec les esprits, les âmes qui sont mes alliées et qui me donnent des informations qui me guident dans les soins que je propose.


Psychologue et praticienne du chamanisme, j'offre un accompagnement psycho-spirituel car ces deux dimensions sont selon moi complémentaires.

Le psychologique, c'est le travail sur l'ego, sur la personne. Le spirituel, c'est le travail sur le lien au plus grand, sur le lien à l'âme, sur le lien aux esprits qui nous guident. Nous allons rencontrer ce qui transcende l'ego et qui permet l'accès à un angle de vue plus élevé.

Réceptive à l'au-delà depuis toujours (et bien que l'ayant occulté pendant longtemps), j'utilise à la fois ma connaissance du psychologique et des souffrances de l'ego et mes capacités médiumniques ou chamaniques pour voir et comprendre pourquoi il y a souffrance et comment la transcender.


Entre deux mondes, comme toujours, c'est bien là qu'est ma place. Et oui, c'est difficile à porter. Parfois. Quand je n'accepte pas ce que je suis et que je souhaiterais que Dieu me murmure autre chose. Quand c'est trop dur à assumer, quand j'ai peur d'être prise pour une folle. Mais nous sommes de nombreux fous. Et si Jésus et Marie Madeleine étaient des fous, alors je veux bien être folle.

Trouver sa place quand on est destinée à créer des ponts entre le science et le spirituel, entre psychologie et chamanisme / médiumnité, n'est pas une mince affaire. Mais je choisis d'être intègre et de ne pas renier une des deux parties de moi. J'en ai vu certains le faire, et le bonheur n'est pas au bout de ce chemin. Le chemin de l'individuation et de l'intégration est le chemin du bonheur.


Je propose donc soins chamaniques et accompagnement psychologique dans un même cadre thérapeutique. Des soins quand il est nécessaire d'aller faire un travail énergétique pour que des parties se retrouvent ou se dissolvent ou quand des informations sont nécessaires pour avancer, et un accompagnement psychologique pour l'intégration de ces changements au niveau de l'ego, de la personne.


Et je propose cet accompagnement afin d'oeuvrer pour ce retour au spirituel, pour cet éveil des consciences tellement nécessaire ici, en Suisse romande.

Parce que trop de souffrances s'expriment dans nos contrées, sous forme de maladie de l'âme et du corps. Souffrances issues de la déconnexion d'avec cette âme, incarnée dans ce corps.

Parce que trop de suicides ou de tentatives de suicide ont lieu. Parce qu'il est fondamental que nous commencions à nous reconnecter à la mort, et donc, à la vie. La mort est soit crainte, soit désirée. Notre rapport à la mort, comme Judas le vit dans le film de Davis, doit être travaillé. Comprenons que la mort est illusion, car si la mort du corps est réelle, l'âme est immortelle.


« Le royaume est ici et maintenant. (…) Ce n'est pas quelque chose que l'on peut voir avec nos yeux. C'est ici, en nous. Tout ce que l'on a à faire c'est laisser partir nos angoisses et ressentiment et devenir des enfants, comme il l'a dit. Le royaume ne peut pas être construit par le conflit, pas par opposition, pas par destruction, il grandit avec nous, à chaque acte d'amour et de bonté, avec notre pardon. Nous avons le pouvoir d'éveiller les gens, tout comme lui, et nous serons libres comme il l'est maintenant. » nous dit Marie de Magdala.


« Le pouvoir est en nous ». « Le monde changera seulement si nous changeons ».


Je rêve d'un monde dans lequel le mot "spiritualité" ne fasse pas peur mais soit entendu, compris, transmis et affiché car ce mot signifie simplement que nous sommes une seule et même énergie d'amour qui fait l'expérience d'elle-même sous différentes formes. A nous d'oeuvrer, chacun sur son chemin mais dans un soutien mutuel, pour que ce monde d'amour et d'harmonie émerge, actes d'amour après actes d'amour.

« Tout ce que je peux faire c'est espérer que vous m'avez entendue. Prier que vous me voyez telle que je suis. ».

« Je ne resterai pas silencieuse. Je serai entendue. ».


Marie Madeleine n'avait rien de spécial. C'est en toute humilité, et face au rejet des hommes-apôtres, qu'elle portera son message.

Je n'ai rien de spécial. Il n'y a pas d' « élus ». Nous avons tous accès à cela. Nous sommes tous chamans, médiums, nous pouvons tous communiquer avec l'invisible. Il suffit de le vouloir.


N'oubliez pas. Le royaume, le bonheur, est ici et maintenant. C'est dans le silence que vous entendrez les réponses.


Ecoutez bien.


Avec tout mon amour,


Ava en Vie


P.S: Le film "Marie Madeleine" de Garth Davis m'a tant inspirée que je vous propose de le regarder ensemble, le dimanche 14 avril, une semaine avant Pâques, au Pas'sage à la Sarraz. Le visionnage sera suivi d'une discussion animée autour de différents thèmes que je vous proposerai.. Plus d'informations ici.

Copyright © 2018 Ava en Vie. Mentions légales

 Contact  

veillonava@gmail.com

079 781 41 02

© 2020 -- Ava en Vie -- Mentions légales