Rechercher

Harry Potter : extraits de sagesse




Harry Potter a toujours été pour moi source d'une grande inspiration. Ayant le même âge que le héro lorsque j'ai commencé à lire son histoire, je me suis directement identifiée à lui.

Sa sensibilité, son sentiment d'être différent. Et puis, surtout, cette révélation extraordinaire que la magie existait.


J'ai trouvé dans cette merveilleuse histoire nombre d'enseignements d'une grande sagesse, transmis simplement par les aventures, les sentiments, les rencontres et les expériences que vivaient Harry.


Quand je lisais Harry Potter, je me sentais connectée à quelque chose que je ne retrouvais pas dans le monde « réel ». Cette magie, cet espoir que le monde habite une touche de lumière qui nous manque souvent, lorsqu'on est adulte. Et même quand on est enfant, et qu'on s'est pris une bonne dose de trucs moches dans la tronche.


Pourquoi ce livre a-t-il touché tellement de personnes ? Comment se fait-il que 460 millions d'exemplaires aient été vendus ?


Pour moi, c'est une évidence : nous avons besoin de magie. Et elle existe. Nous l'avons simplement oubliée.

C'est ce que nous apprends Harry Potter, entre autres enseignements que je vous propose de découvrir dans cet article.


Harry Potter nous offre une métaphore de l'éveil : moldus VS sorciers


Dans un monde où il s'agit de faire comme tout le monde, de bien paraître, de filer droit de l'école jusqu'au job puis à la tombe, on ne nous laisse plus la place d'être créatifs.

On ne nous laisse plus la place de rêver, de nous évader dans notre imaginaire. Nous n'avons plus le temps. Le stress, cette énergie négative, ce « mauvais sort », nous empêche de nous connecter à cette magie dont nous avons tant besoin.


Harry Potter nous enseigne ceci : ne renoncez pas au merveilleux. Pour moi, croire en cette magie, c'est se reconnecter au spirituel. Et quand nous n'osons pas faire notre «coming out spirituel», nous sommes comme Harry dans son placard : à l'étroit. Nous avons l'impression d'étouffer, d'être incompris, d'être seuls à être différents.

Ces enfants qui se découvrent une sensibilité pour ce que j'appellerai « magie », « merveilleux », « spirituel » sont appelés parfois « enfants indigo », enfants hypersensibles, car ils ressentent tout, ils voient des choses que les autres ne voient pas, ils ont l'impression d'être des aliens ici bas. Et c'est un peu vrai.

Si vous vous reconnaissez dans cette description, sachez que le monde de la magie existe bel et bien et qu'il suffit de sortir de votre cage pour rencontrer d'autres « sorciers », vous reconnectez à votre pouvoir (magique) et vivre une vie heureuse, une vie qui vous corresponds.


S'il y a des sorciers en mal du pays, beaucoup de personnes sur terre sont totalement déconnectées de cette dimension spirituelle. Ils sont endormis. Des « lumières qui s'ignorent » comme dirait Lulumineuse, référence francophone en ce qui concerne une spiritualité dédogmatisée et proche de chacun, dont je vous parlerai plus loin. Tout comme lulumineuse, je pense que nous sommes tous des êtres spirituels. Il y a simplement des personnes qui ne s'en rendront pas compte dans cette vie, et d'autres qui s'éveilleront.


Pour moi, les personnes connectés sont des sorciers, les personnes endormies sont des « moldus ».

Les moldus, les gens « normaux ». « Des personnes sans pouvoir magique », comme ils sont définis dans Harry Potter.


Certains moldus, bien qu'ils ne soient pas conscients de l'invisible et des phénomènes magiques qui agissent autour d'eux, sont heureux et mènent une vie épanouie.

Mais beaucoup sont névrosés. Névrosés par un système les maintenant attachés à des valeurs, des idéologies qui ne sont pas organiques, qui ne sont pas celles de notre nature profonde.

Tout comme la tante et l'oncle de Harry, Pétunia et Vernon, ils rejettent tout ce qui sort de la «normalité» et vous traiteront de fou si vous parler de ce qui sort de leur cadre rassurant.


Jusqu'au moment où viendra leur tour de s'éveiller. Alors là, crise existentielle et redécouverte du monde seront des passages obligés, mais peut-être pas dans cette vie.



Harry Potter nous enseigne ce qu'est la magie


Pour moi, la magie, c'est utiliser l'énergie consciemment, avec notre intention. Dans Harry Potter, les sorciers ont une baguette et agissent sur le monde en la brandissant en disant une formule magique.


Nous autres, dans notre réalité, nous n'avons pas de baguette magique, mais les mots que nous disons, les pensées que nous avons, les énergies que nous envoyons aux autres, sont une manière d'utiliser la magie, l'énergie. Avec elle, nous créons notre réalité.


Don Miguel Ruiz, dans Les quatre accords toltèques, explique que les mots sont comme des mauvais sorts. Quand on dit une parole qui n'est pas impeccable (sans pêché), une parole méchante, orgueilleuse, dure, c'est une énergie négative qui va venir toucher le coeur de la personne. C'est comme une flèche de poison, c'est réellement un mauvais sort. La personne agressée se sent mal quand on lui parle mal. C'est l'énergie envoyée qui blesse. C'est une forme de magie, «noire» en l'occurence.


Il n'appartient qu'à nous, par ailleurs, de nous protéger de ces énergies négatives. En élevant nos vibrations par la répétition de mantras, en visualisant des protections (c.f le sortilège du Patronus que j'aborde ci-dessous). C'est de la puissance de notre intention de nous protéger que va dépendre l'efficacité de notre protection. Et là, bien sûr, rentre en compte le problème lié au masochisme, au fait de croire qu'on mérite peut-être cette méchanceté. L'amour de soi est la clé de tout. Une intention mue par l'amour est extrêmement puissante.


Nous n'avons peut-être pas de baguette magique qui crache des étincelles (ou autre chose), mais nous avons notre intention comme arme. Notre intention, c'est notre pouvoir magique.

Si nous n'avons pas forcément de formules magiques, nous avons des mots puissants. Comme « je t'aime ». Et l'amour est la plus puissante et la plus vieille des magies, et ce n'est pas moi qui le dis, c'est Albus Dumbledore, le plus sage des sorciers de la saga Harry Potter.


Dans le cas de Harry, c'est l'amour de sa mère qui a donné sa vie en voulant épargner la sienne, qui le sauve plusieurs fois de Voldemort, le mage qui veut le tuer. Cet amour, tellement puissant, fait qu'il ne peut pas toucher Harry. Si nous faisons le parallèle dans notre vie ici bas, l'amour de parents aimants est la plus grande protection qui soit contre la violence et la haine. Un enfant aimé, entouré, sera beaucoup moins sensible aux paroles de haine d'un camarade qu'un enfant qui ne s'est pas senti aimé. C'est de la magie. De la magie sans mots directs, sans formules magiques.


Harry nous enseigne comment nous protéger : le sortilège du Patronus


Cependant, les sortilèges, on peut les utiliser quand même. Prenons l'exemple du sortilège du Patronus que Harry apprend à utiliser dans Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban. C'est un sortilège qui protège des détraqueurs, sortes de vampires énergétiques qui aspirent toute l'énergie positive et nous font revivre les pires moments de notre vie.


Le sortilège du Patronus consiste à se remémorer un souvenir positif extrêmement puissant, à dire la formule « spero patronum » et voilà que notre patronus sort de notre baguette magique pour venir repousser le détraqueur. Un patronus, c'est une force qui prends la forme d'un animal, spécifique à chaque personne, qui vient nous protéger contre un détraqueur.


Y a-t-il besoin de vivre dans le monde de Harry Potter pour pratiquer cela ? La réponse est non. C'est une pratique qui ressemble d'ailleurs énormément à l'invocation de l'animal de pouvoir, que l'on pratique dans la tradition chamanique ici sur terre depuis des millénaires.

Cet animal se rencontre dans un autre monde, lors d'un voyage chamanique lors duquel nous allons visiter d'autres réalité en utilisant le merveilleux outil qu'est notre imaginaire. Cet animal de pouvoir nous accompagne depuis toujours, sauf que la plupart d'entre nous l'avons oublié. C'est une force, qui, si on l'appelle, vient nous donner son énergie et nous guider. Exactement comme le patronus de Harry Potter.


Et je peux vous jurer, parce que j'en ai fait l'expérience personnelle, que c'est extrêmement puissant.



Harry nous enseigne que la guérison par l'intention, c'est possible


Utiliser la magie, c'est également apprendre à guérir avec l'énergie. Avec Dieu, cette énergie d'amour intelligente dont je vous parle sur ce blog depuis quelques mois.


Lorsque Harry Blesse Malefoy dans Harry Potter et le prince de sang mêlé, Rogue s'empresse de guérir les blessures en prononçant des formules et en apposant sa baguette. Les guérisseurs, magnétiseurs, faiseurs de secrets et chamanes font la même chose. Ok, ils ne vont peut-être pas refermer une plaie ouverte, mais ils peuvent, tout de même couper le feu (pour prendre cet exemple) quand une personne s'est brûlée (on sait bien que même dans les hôpitaux, les faiseurs de secrets sont appelés carrément systématiquement lorsque des personnes sont gravement (ou même légèrement) brûlées.


Les faiseurs de secret utilisent d'ailleurs ce qu'on pourrait appeler des formules magiques. Car les mots sont porteurs d'énergie ! Nos pensées, nos mots correspondent à notre intention densifiée !

Ces guérisseurs, sorciers à quelque part, peuvent même guérir à distance puisque l'intention véhicule l'énergie de guérison dans des dimensions qui sont hors du temps et de l'espace.

Les chamanes sont d'ailleurs considérés réellement comme des sorciers. Ils aspirent des entités, énergies négatives qui habitent notre âme contre notre gré, ils ramènent celle-ci lorsqu'elle s'est égarée (ou des parties d'âme), à l'aide de chants par exemple qui correspondent aussi à des intentions de guérisons.


Harry nous enseigne le lâcher prise dans le moment présent et la Foi : la potion "Felix Felicis"


Dans Harry Potter, mon moment préféré, c'est lorsqu'il prend la potion Felix Felicis, appelée également « chance liquide ».


Pour moi, baguettes et potions sont des extensions de nous-mêmes, des moyens qui nous aident à faire des choses que nous pourrions faire sans ses moyens, mais que ces moyens aident à concrétiser. C'est-à-dire que nous n'avons pas besoin d'une potion de chance liquide pour avoir de la chance, il suffit de croire en nous-mêmes. Mais la potion, extérieure à nous, nous donne ce pouvoir que nous pensons ne pas avoir. Alors que si nous avons confiance en notre propre pouvoir, nous devenons très puissants sans avoir recours à des aides extérieures. C'est ce que l'on appelle la Foi, et c'est ce que Jésus a enseigné. On peut marcher sur l'eau, si on croit en son pouvoir. Le problème, c'est que c'est difficile de croire en soi. On oublie que l'on est une parcelle de Dieu, et qu'ils nous a donné le pouvoir de créer ce que l'on veut vraiment.


Ron, le meilleur ami roux de Harry (le grand roux!), avait beaucoup de mal à croire qu'il pourrait être un gardien de Quiddich doué. C'est pourquoi, lorsqu'il croit que Harry a versé la potion Felix Felicis dans son verre de jus de citrouille, il se croit invincible. Alors, il excelle, il rayonne, il rattrape tous les souaffles. Et c'est seulement après coup qu'il réalise, lorsque Harry le lui dit, qu'il a fait cela grâce à son propre pouvoir car aucune potion n'avait été versée en réalité.

Tout comme Ron, nous somme capables de réaliser tout ce dont nous rêvons. Il faut juste y croire. Et c'est Amma qui nous dit « Amma ne dit pas qu'il est nécessaire de croire en elle ou en Dieu. Ayez foi en vous-même, cela suffit. Tout est en vous ». (108 Citations sur la foi, Amrita books, 2015, citation 53). Et c'est ce que j'ai essayé de transmettre dans mon article Crée la vie que tu veux vraiment, qui parle de physique quantique entre autres.


Mais revenons à Felix Felicis. Je vous ai aussi beaucoup parlé de la loi de l'attraction. On attire ce que l'on dégage, si bien que si l'on dégage de la confiance et que l'on va vers ce qui nous attire, vers ce qu'on aime, tout nous est donné sur notre chemin. Si on suit notre intuition, ses en-vies, même si parfois on se dit « j'ai envie d'un truc bizarre qui n'a rien à voir avec ce que je dois faire ! », et bien, tout nous est donné.


Inspirons nous de l'expérience de Harry. Dans le tome 6, ce dernier doit obtenir les aveux d'un professeur qui avait donné à Voldemort le moyen de se rendre immortel. Ce dernier, ayant honte de ce qu'il a fait, refuse catégoriquement. Harry essaie de le confronter mais il n'obtient rien. Il a alors l'idée de prendre la potion Felix Felicis. Et ce qui se passe est vraiment très drôle. Je pense personnellement très souvent à ce passage, quand je me dis « il faut que je fasse ci ou ça », alors que je n'en ai aucune envie.


Je m'explique. Dès qu'il boit la potion, il dit « ahh, je me sens super bien, j'ai envie d'aller voir mon vieil ami Hagrid ». Et là, Hermione et Ron lui disent « mais non ! Il faut que tu aille voir Slughorn ! » (le professeur en question).


Mais Harry, connecté à son intuition, refuse. « Non, je sens que je dois aller chez Hagrid ». Car tout l'univers a été créé par la même Main pour reprendre l'expression de Paolo Coelho, et tout est relié. Tout est parfaitement agencé pour que vous vous laissiez flotter sur le fleuve de la confiance, tout vous est donné au bon moment. Notre problème, c'est notre tendance au contrôle, qui est la conséquence d'un manque de confiance.

Harry, empli de confiance, part chez Hagrid et croise Slughorn « par hasard », avec qui il retrouve Hagrid qui pleure un vieil ami décédé, une araignée géante, qu'ils enterrent puis finissent par boire des coups en riant et pleurant toute la soirée. Slughorn lui donne alors l'information tant recherchée de son plein gré car c'est le flux de l'amour et de la vie qui est à l'oeuvre dans leur relation. Harry n'est pas en train de le forcer, il n'est pas en train de le menacer. Il a lâché prise, et laisse l'amour opérer.


Et c'est ce qui se passe dans nos vies quand nous arrivons enfin à faire confiance, à avoir la foi. A croire à la magie.


Harry nous enseigne la responsabilité


Quand nous avons la foi, nous créons de la beauté. Quand nous croyons à la magie, nous devenons magiciens et amenons de la lumière en ce monde. Mais il faut le décider. Car « ce sont nos actes qui font ce que nous sommes » comme le dit Sirius Black a Harry, alors ce dernier lui confie qu'il est rempli de colère et qu'il pourrait bien passer du côté obscur de la force. (Petit clin d'oeil à une autre saga, qui, comme toutes les histoires et tous les contes, a un héro qui trébuche, n'en peu parfois plus, succombe à la tentation, mais revient presque toujours vers la lumière).

Parce que, pour citer plus exactement Sirius Black, « dans le monde, il n'y a pas d'un côté les bons et de l'autre les mangemorts, il y a une part de lumière et d'ombre en chacun de nous. Ce qui compte c'est celle que l'on choisit de montrer dans nos actes, ça c'est ce que l'on est vraiment. "

Ainsi, nous sommes tous responsables de nos actes, de nos paroles, de nos pensées. Nous sommes responsables des énergies positives que nous envoyons tout autour de nous, à nos proches, à nos voisins, à nos collègues.


La magie, c'est quand on comprends que nous sommes les seuls à pouvoir faire le bien pour nous-mêmes et pour les autres. Que nous sommes les seuls à créer notre réalité.


Ouverture : Lulumineuse nous parle des moldus et des autres


C'est en découvrant Lulumineuse, jeune femme hyperconnectée et qui est devenue depuis une de mes références dans le domaine de la spiritualité, que j'ai découvert que je n'étais pas la seule à m'inspirer de Harry Potter pour donner du sens à ce que je vivais.


Lulu, qui se décrit comme « un corps de chaire animé par le Grand Principe de Vie » a réalisé une vidéo que je vous propose de visionner, car elle est très inspirante.





Elle vous permettra peut-être de comprendre que vous aussi, vous n'êtes pas un moldu, car si vous me lisez, vous êtes en marche vers l'éveil, et que, être un moldu, au fond, c'est vivre dans le maya, l'illusion comme le dit Don Miguel Ruiz, que la vie se résume à manger, boire dormir et travailler jusqu'à la mort, qui est la fin de tout.

Ce que nous appelons « vie réelle » est en réalité le rêve, et le rêve, c'est la porte d'accès à la réalité.


Et si vous êtes réveillés, si vous avez retrouvé votre pouvoir et que vous utiliser votre magie pour créer un monde meilleur, alors, Bravo à vous. Nous marchons main dans la main.


La magie existe. Nous sommes des créateurs. Nous avons d'immenses pouvoirs. N'en doutez pas.


Avec Amour,


Ava en Vie


345 vues1 commentaire

Copyright © 2018 Ava en Vie. Mentions légales

 Contact  

veillonava@gmail.com

079 781 41 02

© 2020 -- Ava en Vie -- Mentions légales