Rechercher

Qu'est-ce que l'ego?

Mis à jour : 28 mars 2018

L'ego est un concept qui mérite qu'on prenne le temps de bien le comprendre, c'est pourquoi j'ai décidé de l'aborder sous 3 angles. Premièrement, un angle de définition, dans cet article sur Qu'est-ce que l'ego ?. Un deuxième article intitulé l'identification à l'ego engendre la souffrance traitera des conséquences d'un ego qui prend le dessus sur notre véritable nature et nous conduit à des comportements non-amour. Un 3ème article pratique traitera de la manière dont nous pouvons au mieux travailler sur et avec notre ego pour créer une vie où l'amour est au centre.




Voici le plan de l'article

1. Introduction: qu'est-ce que l'ego?

2. L'ego est l'illusion d'être séparé des autres

3. D'où vient l'ego ?

4. Quelles différences entre la conscience, l'ego, le mental et la pensée?

5. Se désidentifier de son ego, c'est se mettre au service du plus grand: exemples concrets

6. Conclusion


1. Introduction: qu'est-ce que l'ego ?


Voici ma définition de l'ego :


L'ego est une représentation de soi créée par notre conscience lorsqu'elle se vit comme séparée des autres. C'est une conscience de soi limitée et limitante qui conduit à des comportements non amour qui engendrent de la souffrance.

C'est un "sens du moi" qui est nécessaire pour vivre mais qui, s'il n'est pas accompagné vers une conscience plus large, va créer de la souffrance. On peut l'opposer à la conscience universelle, pure, dénuée d'égoïsme, et qui est en toute chose, qui, lorsqu'on arrive à y accéder, engendre des comportements amour qui créent notre bonheur. Certains l'appellent conscience unifiée ou conscience christique. Le premier pas pour y accéder est de comprendre l'idée, ensuite de trouver les pratiques spirituelles qui vont nous permettre de l'expérimenter.


En résumé, je vais vous transmettre, dans ces 3 articles, une grande idée: la conscience que l'on a de notre propre nature détermine le fait que l'on souffre ou que l'on soit heureux. Il y a deux options:


  • Lorsqu'on se perçoit comme faisant partie du tout, on est heureux. Le fait d'être connecté à cette conscience universelle peut se faire lors de longues méditations et pratiques spirituelles (ex : récitations de mantras) ou de manière moins intense, dans la vie de tous les jours, lorsqu'on écoute l'amour en nous, notre « intuition ». En écoutant notre intuition, nous sommes guidés vers des actes d'amour et vers notre bonne place. Heureux, on va se comporter de manière vertueuse, altruiste et généreuse. Remplis d'énergie, on pourra apporter notre plus-value au monde.

  • Au contraire, lorsque, par ignorance, on croit être seulement notre ego, la représentation de moi, de notre être comme étant seulement notre corps, on va vivre dans la peur (qui est issue de cette fausse conception, transmise par notre société) et on va développer des comportements (de contrôle notamment), qui vont, bien souvent, nous conduire à nous retrouver à une place dans la société et dans des relations qui ne nous rendent pas heureux-ses. Malheureux, on va vibrer bas, ne pas avoir d'énergie, envier les autres et avoir des comportements non-vertueux, non-amour.

L'ego, que l'on traduit par le terme « moi » en français, est un concept qui a été utilisé dans de nombreuses traditions, avec des significations parfois différentes. Je vais ici m'inspirer des conceptions du bouddhisme, de l'hindouisme et de la psychanalyse pour tenter de vous l'expliquer le plus simplement possible.



2. L'ego est l'illusion d'être séparé des autres


C'est la croyance que MOI je ne suis pas TOI, que cet arbre là-bas n'est pas MOI, que cette chèvre n'est pas cette autre chèvre.


Vous me direz : « ben c'est sûr, Ava tu n'es pas comme moi, nous sommes deux être différents ! J'ai un corps différent du tiens, il y a de l'espace entre nous, je suis mon corps et toi tu es ton corps, et on ne sait pas ce qui se passe pour l'autre »


Quand on dit cela, c'est que l'on est dans une conscience de soi qui est liée à son corps, limitée à son corps. C'est la conscience que l'on a justement quand on est identifié à son ego, à son moi. Cette perception de nous-mêmes comme étant seulement un corps est une illusion selon Bouddha, l'éveillé.


Bien sûr que nous nous sommes incarnés dans des corps qui sont différents. Nous sommes à la fois différents et à la fois les mêmes. A la fois multiples et à la fois un. L'illusion est de croire que nous ne sommes QUE des corps indépendants les uns des autres.

C'est comme les gouttes qui forment un verre d'eau. Si on prends une goutte après l'autre, oui, elles sont différentes. Mais si on les fait retomber dans l'eau, alors elles ne sont plus distinctes. Elles sont l'eau.


Il en va de même pour tout ce qui existe. Nous sommes issus d'une même énergie, que l'on appelle Dieu, qui prends différentes formes, s'exprime sous différentes formes, mais en réalité chacune de ses expressions est issu de la même source, de la même énergie.


Ainsi, la vie qui coule dans les veines d'une chèvre, celle qui coule dans la sève d'un arbre et celle qui coule dans mes veines est la même énergie. Si bien que quand je vais mourir, et que l'on dispersera mes cendres quelque part, la vie qui mettait mon corps en mouvement sera partie ailleurs. Comme la goutte qui rejoint le reste des gouttes dans le verre d'eau.


Si les cendres de la chèvre sont dispersées au même endroit que les miennes, alors qui pourrait nous distinguer, elle et moi ? Et si l'arbre meurt, tombe et pourrit au même endroit, où sera la différence entre nous trois ?

L'ego, cette croyance, ce sentiment d'être un être séparé des autres vient de l'identification au corps. C'est pourquoi je ferais référence dans cet article à MON EGO, la croyance d'être le corps qui a été appelé Ava depuis 28 ans. Nous avons chacun un « ego ». C'est cette croyance d'être seulement le corps qui a été appelé Ava ou Camille ou Aline. Or, nous sommes bien plus que notre corps. Bien entendu, je suis AUSSI mon corps. Il ne faut pas nier le fait que nous avons un corps de chair, que nous sommes des esprits INCARNES. Mais je suis un ESPRIT, une conscience, qui fait partie de la conscience universelle (Dieu), et pas seulement un corps. C'est de ça qu'il s'agit de prendre conscience pour ne pas souffrir. Mais n'allons pas trop vite.


3. D'où vient l'ego ?


La psychanalyse s'est beaucoup intéressée à ce sujet. L'ego commence à se construire dès le moment où nous naissons. Ce « sens du moi » commence à émerger au fil des interactions avec l'environnement. La conscience d'un moi distinct des autres mois, des autres personnes, prends du temps pour se construire.


Le bébé ne se vit pas pas distinct de sa mère au début. Et plus le temps passe, plus il grandit et s'identifie à son corps, au limites de son corps. On parle de la construction du «Moi-peau» (concept de D. Anzieu), la peau délimitant l'intérieur de l'extérieur, le moi du non-moi.

Si ce moi n'est pas bien construit, on dira que la personne a une structure de personnalité psychotique. Et c'est vrai qu'il est préférable d'avoir un moi bien construit pour exister dans ce monde. Parce que quand il faut fonctionner dans un monde où les gens sont tellement identifiés à leur ego et que l'on se vit comme fluide « je pourrais être cela, ou ceci », c'est très perturbant. Mais nous reviendront sur la question de « quel moi incarner ? » dans un prochain article.


Donc, depuis notre naissance, nous travaillons dur pour construire ce sens du moi, l'identité primaire d'abord (je suis Ava, différente de Mélanie et des autres) puis l'identité secondaire (je suis psychologue, je suis gentille.. etc).


Et s'il est nécessaire de construire tout cela, il est aussi nécessaire de prendre de la distance avec, de prendre de la hauteur pour réaliser que si, oui, j'ai un corps qui s'appelle Ava et qui a fait des études en psychologie, non, je ne suis pas QUE cela.


Mon corps n'existera pas pour toujours. Ava non plus. Ce qui restera pour toujours, c'est mon âme ou mon esprit, la partie immatérielle, spirituelle, ce que je suis réellement. Ce qui subsistera après ma mort. Ma conscience supérieure, mon Soi, qui fait partie de la conscience universelle. (Je consacrerai prochainement un article à la définition de ces termes).

Mais attendez ! Ne vous inquiétez pas. Pas besoin d'attendre de mourir pour réaliser cela, vous pouvez, nous pouvons le réaliser en étant vivant. C'est même bien le but de l'éveil spirituel, car cette réalisation est ce qui vous amènera à la paix, au bonheur, à la communion avec Dieu, avec l'amour. L'amour que je suis, et que toute la création (= l'ensemble des choses existantes sur terre et dans l'univers) est. Cette réalisation est appelée « libération » par les bouddhistes, car elle implique une libération de la souffrance.


4. Quelles différences entre la conscience, l'ego, le mental et la pensée?


Faisons un détour conceptuel.


La conscience est selon moi l'intelligence qui nous compose et qui nous permet d'avoir des perceptions en lien avec le corps et au delà. Plus notre conscience s'élargit, est fine, plus on peut percevoir des choses qui ne se passent pas directement dans le corps.


L'ego, c'est la représentation que crée la conscience d'elle-même. Par exemple, ma conscience a crée, depuis que je suis petite, une représentation de moi en tant que Ava. Je suis blonde, petite, je suis sensible, gentille, parfois susceptible etc. La conscience du moi, c'est l'ego. Parfois, on s'enferme dans cet ego, dans nos croyances. Par exemple quand on se dit "je suis timide". En fait, non, pas de manière constante. Je suis peut-être timide maintenant, mais cela peut changer. Quand on prend une certaine distance avec notre ego, on arrive à voir comment il est construit.


Le mental, c'est lorsque la conscience se met en mode ego, se représente elle-même comme étant le Moi, et qu'elle commence à utiliser la pensée.


La pensée c'est la conscience qui utilise l'énergie (la libido chez Freud ou Jung) pour créer des mots. Elle est un puissant outil de création de notre réalité. Si je pense, en mode ego, "je suis nulle", ça va créer une réalité où je suis nulle. Si je pense "j'ai beaucoup à apporter", alors je crée une réalité plus chouette.


On emploie souvent le concept du mental indifféremment du concept d'ego, en disant que le mental, c'est le rationnel, c'est l'ego et non l'amour qui parle. Dans ma conception, l'ego est un concept différent du mental.


Le mental, c'est la pensée utilisée par l'ego, qui a tendance à beaucoup rationaliser. Une amie m'a envoyée cette citation d'Einstein il y a quelques jours: "l'esprit intuitif est un don sacré et l'esprit rationnel est un serviteur fidèle. Nous avons crée une société qui honore le serviteur et qui a oublié le don".

Lorsque notre conscience se limite dans la représentation qu'elle crée d'elle-même, on est dans l'ego et on oublie que l'on est Dieu. On oublie que l'on est relié au tout et que tout a un sens. De ce fait, on a peur. Et cette peur, qui est l'énergie inverse de l'amour, nous conduit à utiliser notre capacité à penser pour réfléchir et essayer de tout contrôler, comme une machine qui essaie de récolter les données pour faire le bon choix (par exemple). Au contraire, lorsque notre conscience s'élargi, lorsqu'on réalise qu'on est le tout, qu'on est pas seulement un corps mais le tout, alors on ressent de la confiance et de l'amour. On se connecte au coeur et l'on comprends les choses avec davantage de hauteur.


"On ne voit bien qu'avec le coeur" a dit quelqu'un de sage.

5. Se désidentifier de son ego, c'est se mettre au service du plus grand: exemples concrets


En somme, ce qu'on construit depuis notre naissance est à déconstruire si l'on veut réaliser notre vraie nature qui est par définition Amour et donc bonheur. Etrange hein ?

Lorsqu'on cesse de s'identifier à l'ego, il n'a plus de pouvoir. Nous sommes bien sûr toujours un corps (et un "ego" en ce sens), mais nos actions servent quelque chose de plus grand: l'amour.

C'est ce que les chrétiens entendent quand ils disent à Dieu « Que ta volonté soit faite ». Que la volonté de Dieu soit faite. C'est à dire que moi, l'ego, je ne sais pas vraiment ce qui est bon pour moi, c'est lorsque je laisse l'amour couler à travers moi que je fais ce qui est bon pour moi et pour les autres.


Voici des exemples:


1) Je dis à mon amie Gertrude que je veux faire un club de lecture. Elle me dit "mais moi aussi je voulais faire un club de lecture!"

- réaction si je suis dans une conscience limitée, égotique: "Mais c'est mon idée, je veux que ce soit le club de lecture de Ava."

- réaction si je suis dans une conscience unifiée, que je suis au service du plus grand: "Génial! plus on est nombreux à vouloir participer, créer un club de lecture spirituel, plus on va s'entraider !"


2) J'hésite à créer un blog sur la spiritualité

- si je suis dans une conscience egotique, j'utilise ma pensée rationnelle, mon mental, et me dis: "attention! Comment est-ce que les gens vont le percevoir? C'est un peu fou tout ça! Les gens sont méchants, ils vont me juger. Je ne fais rien, je risque trop".

- si je suis dans une conscience plus large, et que j'ai conscience d'appartenir à un tout plus grand qui est amour, je suis connectée à mon coeur, je me connecte à mon intuition et ma pensée (intuitive) qui me dit: "mais oui, c'est ça l'idée qui fait vibrer mon coeur ! J'ai vraiment très en-vie de le faire ! ça me met en joie ! ça ne peut qu'apporter un bénéfice à chacun de partager mon expérience et mes connaissances, on est tous unis, ce n'est pas moi d'un côté et les autres d'un autre, nous sommes dans le même bateau. Mon coeur, l'amour en moi me murmure de le faire, par amour pour chacun".


6. Conclusion


Voilà! J'espère que cet article vous aura aidé à mieux comprendre ce qu'est l'ego et comment il agit en votre défaveur. Dans l'article suivant, je vous parlerai plus en détails des conséquences de l'identification à l'ego, et de la souffrance que cette conscience limitée de soi engendre dans toutes les sphères de la vie.


Ce qui est a retenir de cet article, c'est cela: travailler à l'élargissement de sa conscience, passer de la conscience égotique à la conscience universelle, nous aide à ne plus écouter notre ego mais l'amour en nous, et ainsi à nous mettre au service du plus grand et à être heureux.


Avec amour,


Ava en Vie

318 vues

Copyright © 2018 Ava en Vie. Mentions légales

 Contact  

veillonava@gmail.com

079 781 41 02

© 2020 -- Ava en Vie -- Mentions légales